Archive de l’étiquette violence

Les monstres naissent dans les cendres de l’enfance

Les monstres naissent dans les cendres de l’enfance

Il fendit l’air moite de sa main mi-close, pour serrer la mienne. Une main recroquevillée. La preuve même qu’il était venu à moi pour entendre ma confession, dût-il me l’arracher. Je plaquai ma paume contre la sienne. Je serrai fort. Mais il ne sembla pas percevoir la vie qui pouvait y battre. Inquiet, il sonda alors mon regard. Ce qu’il y vit le fit reculer, craintif. La peur de basculer dans mon Lire la suite

L’orage et la marguerite

L’orage et la marguerite.

Le jeune orage colportait sa foudre à la surface de la Terre afin de se conforter dans l’asservissement total de ses habitants.

À chacune de ses colères, les hommes se réfugiaient aux abris les plus proches, les animaux dans les anfractuosités rocheuses les plus rassurantes… la peur dans les interstices les plus orphelines. Les « enracinés » quant à eux, ployaient sous le poids de son auguste courroux. Ses pleurs rageurs Lire la suite

Fleur de bitume

Ce texte comporte des passages inappropriés pour les jeunes lecteurs ainsi que pour les adultes sensibles. Je recommande donc à ces personnes de ne pas lire ce texte.

Fleur de bitume.

À l’ombre d’un regret. Quelque part entre chien et nuit. L’intention ferme de me déserter une fois de plus, me livrer aux aboiements crépusculaires. Un banc, ma posture. Mon litron se gausse du réverbère qui fait le tapin en bordure de trottoir. L’ampoule cligne fatiguée ; Lire la suite

Le brouillon de couleurs

Ce texte comporte des passages inappropriés aux jeunes lecteurs ainsi qu’aux adultes sensibles. Je recommande donc à ces personnes de ne pas lire ce texte.

Le brouillon de couleurs.

La voiture file à vive allure. Défilé de montagne, de dépressions.

Nous pénétrons un autre monde. Une nouvelle dimension où la  route même se dérobe. Il nous faut continuer à pied, sceller de notre pas le déclin de toute humanité.

La favela tonne son orgueil, celui de n’appartenir Lire la suite

La mort dans l’âme

Ce texte comporte des passages inappropriés aux jeunes lecteurs ainsi qu’aux adultes sensibles. Je recommande donc à ces personnes de ne pas lire ce texte.

La mort dans l’âme. 

L’espoir inconsidéré de devenir un vrai être humain, fait de chair et de  névroses acceptables, avait une nouvelle fois avorté.  J’ai la gueule de bois : celle de Pinocchio ayant voulu enculer Hurricane Carter en deux rounds. Jack Daniels en Don King. Si je l’avais laissé Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :