Catégorie : Mes textes

Les monstres naissent dans les cendres de l’enfance

Les monstres naissent dans les cendres de l’enfance

Il fendit l’air moite de sa main mi-close, pour serrer la mienne. Une main recroquevillée. La preuve même qu’il était venu à moi pour entendre ma confession, dût-il me l’arracher. Je plaquai ma paume contre la sienne. Je serrai fort. Mais il ne sembla pas percevoir la vie qui pouvait y battre. Inquiet, il sonda alors mon regard. Ce qu’il y vit le fit reculer, craintif. La peur de basculer dans mon Lire la suite

Ruines intérieures

Je portais les habits du désespoir, les souliers de l’usure, le baluchon maigre des rêves dépouillés. Plus qu’un SDF, j’étais devenu un sans-projet fixe, errant dans les décombres qui semblaient être une partie de moi. Et j’en appréciais la terrible inertie.

Il y avait de souvenir, des panneaux au sol, des directions en déroute qui se renvoyaient des destinations qui n’avaient plus cours. Les lieux finissaient de se dissiper Lire la suite

Timbuktu, un film d’Abderrahmane Sissako

Timbuktu, un film d’Abderrahmane Sissako

Comme en témoigne mon article « Cinéma et domaine public », le 7ème art est une de mes passions. Celle d’ailleurs qui finit de me grappiller mes dernières heures de disponibilité. Il était donc inéluctable que je finisse tôt ou tard par écrire sur certains films. C’est donc une grande première que je décide de consacrer au travail d’Abderrahmane Sissako concernant son film Timbuktu.

Affiche film Timbuktu Abderrahmane SissakoUne œuvre couronnée Lire la suite

Pirouette, cacahuète

Pirouette, cacahuète.

Ses paupières se ferment. A la façon des rideaux de fers, elles annoncent la fin de son rêve. Devanture en berne, inéluctablement. Des gens pressés, un bus à prendre, ne pas être en retard pour le souper. L’hiver a pris la relève, parsemant de milliards de flocons les rues grises des villes. Il n’y a guère plus que les saisons que les hommes ont décidé de combattre. Les rues se vident, laissant place au ballet inquiétant de spectres, Lire la suite

Voyage dans les mémoires d’un fou, de Lionel Cecilio

Voyage dans les mémoires d’un fou, de Lionel Cecilio.

Compromission. Comme une lancinante obsession, ce mot tente de grignoter ce que j’ai de certitudes.

Je connais l’homme sur plusieurs projets et je ne pense pas me tromper sur la générosité de l’artiste, me mentir sur la qualité de l’œuvre que je vais découvrir dans quelques instants. N’a-t-il pas, à de nombreuses reprises, lu à l’antenne de D8, dans l’émission « Voyage Lire la suite

La fillette aux éclats de vers

Ce texte comporte des passages inappropriés aux jeunes lecteurs ainsi qu’aux adultes sensibles. Je recommande donc à ces personnes pouvant être heurté par le contenu de ne pas lire ce texte.

La fillette aux éclats de vers

La fillette aux éclats de vers, ne gravera plus l’écorce de mon cœur. Elle n’inscrira plus la beauté de son âme en sursis ; celle qui bouillonnait, pulsait, et tambourinait pour vaincre le parpaing-prolifère, qui emmurait le vivant. Lire la suite

A la recherche de la femme idéale

À la recherche de la femme idéale

Jamais travail précaire n’avait été aussi élitiste. À tel point que je dus amputer de beaucoup mon curriculum vitae pour parvenir enfin à un rendez-vous d’embauche. Exit mes Masters qui laissaient place à un unique BEPC. Mon management à Saint-Gobain se muait en « chef de rayon-caissier-balayeur-smicard – non syndiqué » de chez Aldi. Mon plan de délocalisation réussi à l’ile Maurice et en Inde de Lire la suite

L’orage et la marguerite

L’orage et la marguerite.

Le jeune orage colportait sa foudre à la surface de la Terre afin de se conforter dans l’asservissement total de ses habitants.

À chacune de ses colères, les hommes se réfugiaient aux abris les plus proches, les animaux dans les anfractuosités rocheuses les plus rassurantes… la peur dans les interstices les plus orphelines. Les « enracinés » quant à eux, ployaient sous le poids de son auguste courroux. Ses pleurs rageurs Lire la suite

Les rêves égarés

Les rêves égarés.

rêve-nuit-étoilée

La nuit me couvrait de son plaid de solitude, assez pour ne pas prendre froid dans ma lassitude. Je scrutais mélancolique, la vieille patraque qui marquait son fidèle pas dans le salon. La vieille dame grinçait de tout son rhumatisme infligé par le temps. J’écoutais, dépité, la distance qu’elle érigeait entre ce que furent mes rêves d’antan et moi même. Je la trouvais ridicule à errer sans but sur la crête des Lire la suite

Fleur de bitume

Ce texte comporte des passages inappropriés aux jeunes lecteurs ainsi qu’aux adultes sensibles. Je recommande donc à ces personnes de ne pas lire ce texte.

Fleur de bitume.

À l’ombre d’un regret. Quelque part entre chien et nuit. L’intention ferme de me déserter une fois de plus, me livrer aux aboiements crépusculaires. Un banc, ma posture. Mon litron se gausse du réverbère qui fait le tapin en bordure de trottoir. L’ampoule cligne fatiguée ; l’automobiliste Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :